Thérapie de couples

Pour certains couples (et j’entends par couple, deux personnes qui vivent ensemble ou qui se disent ensemble), la communication est ou semble difficile. C’est un peu comme si chacun des membres de ce couple parlait dans une langue différente, avec parfois, pour compliquer les choses, un dialecte. Si bien que chacun essaie de parler sa langue, son dialecte et se trouve bien dépité de ne pas pouvoir se faire comprendre de son ou sa partenaire.

Cela peut entrainer une manque de confiance ; confiance en l’autre, mais aussi confiance en soi.

Pourquoi entreprendre une thérapie de couple ? Je dois dire qu’il y a deux stades où l’entreprendre : celui où cela peut être trop tard, celui où tout est possible.

Le premier cas: un des deux, voire les deux, n’ont plus de sentiments l’un pour l’autre. La confiance a vraiment trop été détruite, l’attirance physique (quelle qu’en soit la raison) n’est plus au rendez-vous, il n’y a plus de projets communs (que je pourrais appeler « rêves ». Quel sera le rôle du thérapeute de couple qui fait avec eux ce constat ? Sans doute de les aider à se séparer le plus sereinement possible, autant que faire se peut ! J’ai pu voir des couples décider de ne pas se séparer alors que l’un ou les deux pensaient ne plus avoir de sentiments : une fois la communication rétablie (ou établie), une fois le constat fait que la confiance peut être à nouveau restaurée, le couple peut reprendre le chemin de la vie commune harmonieuse et créatrice.

Le second cas : les deux membres du couple s’aiment, n’ont aucune envie de se quitter, mais ne parviennent plus à se comprendre.

Pourtant…. Tout semblait si facile ! Quand ? Mais au début ! Combien de temps…. ? Cela a bien été 6 mois, un an, deux ans, trois ans…. Puis, tout a commencé à se dégrader. Le premier signe est l’absence ou la rareté des rencontres sexuelles. Mais si l’on creuse, la tendresse, l’affection ne sont pas, plus au rendez-vous…

Pourquoi ? C’est ce que je cherche à comprendre avec mes patients. Souvent, l’autre ne sait même plus si son conjoint l’aime… d’où une grande insécurité.

Car il y a au moins 5 manières de dire et montrer à l’autre que l’on s’aime. Gary Chapman parle des cinq langages de l’amour. Et il devient nécessaire de s’entendre sur le mot « amour » car il est bien éloigné de ce que chacun d’entre nous ressent lors d’une rencontre amoureuse nouvelle. Où sont les papillons et palpitations, où est l’envie de rencontrer l’autre, où est partie l’envie d’être avec l’autre, de ne plus le quitter, de voir dans ses yeux à quel point nous sommes merveilleux-se, digne d’être aimé(e), où est cachée cette envie de faire l’amour souvent, etc. ?

La thérapeute de couples que je suis va guider chacun des membres du couple vers l’apprentissage de son propre langage s’il ne le connait pas et vers l’apprentissage du langage de l’autre. Cela se fera en séances où les deux protagonistes seront ensemble, en séances individuelles pour chacun, puis mise en commun de ce que chacun a compris de son propre fonctionnement et du fonctionnement de l’autre. Nous allons travailler sur les émotions qui sont les guides inconscients de la plupart de nos conduites, avec pour objectif principal de restaurer la confiance l’un dans l’autre, sans laquelle aucune relation quelle qu’elle soit n’est réellement possible. Ce que j’entends par confiance peut se lire aussi : sécurité.